8 moyens efficaces de calmer un bébé qui pleure et de créer et entretenir un bon lien d’attachement.

Comme nous le savons tous/toutes, les premières semaines, voire mois avec un nouveau-né ne sont pas cet éden rose et tranquille que l’on veut nous faire croire. Cet article vise à constituer une boîte à outils pour calmer un bébé qui pleure, tout en tissant un bon lien d’attachement.

Effectivement, on se retrouve seul face à un être minuscule qui dépend de nous pour survivre et dont les besoins (faim, soif, sommeil, sécurité, etc.) ne peuvent être satisfaits que par nous. Ceci implique d’être à son entière disposition, ce qui est particulièrement difficile à vivre lorsque nos propres besoins ne sont pas remplis, dû au rythme intense de ces premiers temps avec un nourrisson, où l’on arrive même à en perdre la notion de temps. “Quel jour est-il? Ah il est 3h du matin?!”.

Une des choses qui rend spécialement difficile cette période sont les pleurs de bébé. En effet, il n’est pas toujours évident de décoder les motifs de ces pleurs, surtout quand il s’agit du premier enfant.

C’est pourquoi je tiens à partager avec vous quelques astuces qui aident à apaiser les nourrissons, tout en permettant de développer et renforcer votre lien.

1- Portage physiologique

Le portage est un des outils le plus util et puissant lorsque l’on souhaite pratiquer le maternage proximal car il permet de répondre à plusieurs besoins de bébé en simultané. Il permet à la fois la proximité physique essentielle à la sécurité affective de l’enfant ainsi que de recréer les sensations qu’il a connu in utéro.

Dans l’utérus, les bébés sont bercés et entendent les bruits du corps de leurs mamans ainsi que leurs battements de coeur. Quand bébé est porté, il se sent donc à nouveau en sécurité, en étant contenu dans l’écharpe et tout près de l’adulte qui en prend soin, en écoutant les battements de coeur et étant bercé par les mouvements de la personne qui le porte.

Il est même possible d’allaiter un bébé tout en le portant!

Le portage possède encore de nombreux autres bienfaits dont je vous parlerai très bientôt dans un article spécifiquement dédié à ce sujet.

Portage physiologique. Un excellent moyen de calmer un bébé qui pleure.
Portage physiologique en écharpe tissée. Un excellent moyen de calmer un bébé qui pleure.

2- Ballon de Pilates

Ces ballons peuvent être d’excellents alliés pour calmer votre bébé et l’aider même à s’endormir.

En effet, ils vous permettent de vous assoir dessus en tenant bien bébé contre vous ou même en le portant en écharpe et de pouvoir effectuer des mouvements qui berceront bébé, tout en soulageant votre dos et votre fatigue!

Particulièrement utile lorsque vous ne pouvez pas sortir car il est 2h du matin ou que le simple fait de marcher en portant votre bébé n’a pas eu le succès que vous espériez.

Vous pouvez également l’utiliser pour étirer votre dos si vous avez mal, dès que vous aurez réussi à poser bébé ou que quelqu’un de votre entourage sera là pour prendre le relais.

3- Changer de décor

Quelques fois, tout ce dont bébé a besoin est de changer de lieu, tout simplement, soit car il s’ennuie; soit car au contraire, il se peut qu’il ait été surstimulé et ait besoin d’aller dans une pièce calme, peu illuminée, avec le moins de stimuli possible.

La surstimulation a des effets néfastes sur bébé et elle entraîne un important besoin de décharge, qui se traduit souvent par des pleurs inconsolables, puisque le nourrisson ne peut pas encore courir, parler, bouger comme il le souhaite; ne détenant donc pas d’autres moyens pour évacuer les tensions accumulées. Voici pourquoi changer de division dans la maison et chercher à se mettre dans un endroit calme et peu illuminé- si possible devant un mur blanc (si il y a des tableaux, dessins, couleurs, cela continuera de solliciter son attention et entretiendra ce phénomène de surstimulation) – contribuera à son apaisement.

Si, au contraire, bébé s’ennuie, aller ailleurs dans la maison pourra lui permettre de sortir de cet état car de nouvelles choses et expériences se présenteront à lui.

Il est donc important de comprendre de quel cas il s’agit – surstimulation ou ennui – avant d’agir, pour ne pas empirer la situation. Pour cela observer votre enfant; il est comme un livre ouvert et qui n’attend que vous le lisiez pour pouvoir le comprendre. Le plus vous observerez votre bébé, le mieux vous apprendrez à le connaître; chaque jour un peu plus. Posez-vous des questions: Quand a-t-il dormi pour la dernière fois? D’habitude combien de temps il tient éveillé avant de nécessiter une sieste? Y a-t-il beaucoup de monde à la maison ce jour là et est-ce que cela l’a fatigué? Du bruit ou de la lumière en trop? De cette façon, vous arriverez à percevoir ce dont votre bébé a besoin.

4- Aller prendre l’air

Ce point rejoint le précédent. Lorsque vous avez l’occasion de sortir prendre l’air, cela marche à merveille! Et si vous prenez votre enfant tout contre vous en écharpe de portage, alors la sieste est presque garantie!

5- White noise

Voilà une autre astuce que beaucoup de parents utilisent. White noise signifie bruit blanc. Cliquez ici pour en lire la définition sur Wikipédia.

Pourquoi du bruit? Car dans l’utérus, bébé est constamment bercé par les bruits de notre corps (et qu’est-ce que c’est sonore là dedans!!). Du coup, il y a des bébés pour qui le son de l’aspirateur ou du sèche-cheveux est très apaisant et leur permet de s’endormir plus facilement également. D’ailleurs il existe dans le commerce des peluches qui proposent ces sons et que ces enfants adoptent volontiers pour le dodo!

6- Allaitement

Si vous allaitez votre bébé, sachez que l’OMS (Organisation Mondiale de Santé) préconise un allaitement exclusif et à la demande jusqu’à l’âge de 6 mois et le lait comme principale source d’alimentation jusqu’à 12 mois. L’OMS recommande encore d’allaiter au moins jusqu’aux 24 mois de l’enfant.

En sachant ça, pourquoi s’imposer des horaires ou des limites de temps? L’allaitement maternel est de loin un des moyens les plus efficaces et puissants de rassurer et calmer votre bébé!

Alors, c’est vrai que l’allaitement n’est pas évident pour toutes les femmes et que nous pouvons toutes faire face à des situations difficiles, comme une mauvaise prise du bébé due à un frein par exemple , et qui entraîne des crevasses douloureuses pour nous. Mais si vous tenez à ce lien si fort et unique avec votre bébé, sachez qu’il y a des professionnel(e)s formé(e)s spécifiquement à ça et qui peuvent vous accompagner pour que votre allaitement se passe au mieux. Je vous conseille de faire appel à un(e) consultant(e) en lactation ayant la certification IBCLC, reconnue en toute l’Europe.

Et pour les mamans biberonnantes, vous pouvez toujours allier le peau à peau avec le moment de nourrir votre enfant, ou bien encore lui donner le biberon en le portant en écharpe.

Les bébés ont un besoin de succion important, c’est ce qui leur permet de se nourrir et de survivre et c’est aussi une action qui les rassure, d’où l’efficacité de l’allaitement ou le biberon ou même les tétines…

7- Peau à peau

Le peau à peau est recommandé dans les premières heures suivant l’accouchement pour ses nombreux bienfaits comme le fait d’aider à la régulation de la température du nouveau-né et de contribuer à une bonne mise en route de l’allaitement maternel.

Je vous propose donc de tester cette technique le plus souvent possible avec votre nourrisson car cela approfondira intensément votre lien et procurera à votre bébé un état de bien-être unique. Cela se doit à plusieurs facteurs dont le contact avec vous, votre chaleur, votre odeur, les bruits de votre corps et battements de coeur qui sont rassurants pour bébé. De plus, cette proximité physique promeut la sécrétion d’ocytocine – l’hormone de l’amour – ce qui contribuera à votre lien d’attachement.

Pour faire du peau à peau (les papas sont aussi fortement encouragés à le faire – c’est bénéfique pour tout le monde) il vous suffit de laisser votre bébé en couche et d’enlever votre t-shirt et poser votre bébé contre votre poitrine et ventre. Recouvrez le dos de bébé avec une couverture pour maintenir sa température corporelle. Vous pouvez également prendre un bain avec bébé si vous le souhaitez. Ou encore le porter (en écharpe ou porte-bébé physiologique) juste en couche directement contre votre peau, notamment en été lorsqu’il fait très chaud mais même en hiver en enfilant un poncho ou veste de portage sur vous. Bref, soyez créatif/créative et profitez de ces instant si précieux.

8- Faire un tour en voiture

Celui-ci est un grand classique! Qui n’a jamais dû sortir avec son nourrisson inconsolable pour l’emmener chez le médecin, car “c’est sur que ce n’est pas normal qu’il pleure ainsi!” ? Personnellement, cela m’est arrivé et selon le pédiatre de mes enfants, qui est aussi papa, cela arrive à tous jeunes parents au moins une fois. Et là, alors qu’on est en route… Surprise… Bébé s’est finalement endormi.

Entre le ronronnement du moteur et le bercement que procure le véhicule, voilà que bébé a enfin pu s’apaiser et se laisser aller aux bras de Morphée.

Ce dernier point ne renforce pas votre lien, certes, néanmoins il peut s’avérer fondamental si les autres éléments de la liste se révèlent infructueux. Vous saurez que vous disposez de cette dernière ressource dans votre boite à outils SOS bébé pleure.


En conclusion:


Il est important de souligner que ces techniques ne marchent pas toutes pour tous les enfants. Certaines marchent mieux avec quelques enfants; d’autres avec les restants. À savoir également qu’elles ne fonctionneront pas à tous les coups non plus car il n’existe pas de recettes miracles.

Rien n’est infaillible mais ces techniques constituent d’importantes pistes (et se sont révélées très efficaces la plupart du temps) qui visent à contribuer au mieux-être de bébé et le vôtre par conséquent. Sauf cas graves de santé, au moins une chose parmi la liste vous aidera.

Testez ce qui marche le mieux pour vous et avec votre bébé.

Connaissiez-vous ces astuces? Si oui, lesquelles fonctionnent le mieux pour votre bout de chou? Si vous connaissez d’autres astuces efficientes qui ne sont pas listées ici, n’hésitez pas à nous les partager.

Bilan du 1er mois de défi et challenge pour le 2ème mois.

Cela fait environ un mois que je me suis lancé le premier défi pour cette premiére année de blogging.

Le défi du mois de Décembre consistait donc à m’engager à faire de mon mieux pour mettre en place les gestes suivants:

  • Utiliser du tissu pour emballer les cadeaux
  • Essayer d’offrir des objets utiles et zéro déchet le plus possible, à la place de souvenirs en plastique, chocolats, etc.
  • Remplacer au moins 2 objets jetables par des objets lavables (si vous voulez des exemples, il existe des éponges lavables pour faire la vaisselle, du tissu qui remplace le sopalin et même les mouchoirs, des lingettes et couches lavables, etc.).

Aujourd’hui je vais donc faire le point sur mon cheminement ce dernier mois et vous présenter le défi du mois à venir.

Bilan du premier mois:

Pour ce qui est du premier point, utiliser du tissu pour emballer les cadeaux, je comptais initialement utiliser un tissu et une méthode d’emballage japonaise appelée Furoshiki, ce que je n’ai finalement pas fait pour deux raisons. La première étant que j’ai jugé plus écologique et pratique (vu la proximité de la date) d’utiliser ce dont je disposais déjà chez moi. Et la deuxième raison car je n’étais pas sure que les tissus furoshikis me parviennent à temps et cela représenterait un budget non négligeable qui me serait difficile à payer en ce moment.

J’ai donc opté par utiliser les langes et couvertures de bébés de mes enfants ainsi que des taies d’oreiller. En effet, cela est pratique et original, procurant une touche personnelle et unique à nos fêtes. Personnellement, je considère même que cela est venu apporter une touche d’humour qui restera gravée dans ma mémoire. Je suis satisfaite d’avoir eu cette idée créative de mettre à profit les taies d’oreiller non-utilisées.

Voici notre sapin le soir du 24 :

Noel Zéro Déchet

Petite note: les objets divers sur le sapin sont le fruit de la décoration créative d’une enfant de bientôt 4 ans.

En ce qui concerne le second point de ce challenge, j’ai opté pour offrir quelques objets utiles zéro déchet à quelques membres de la famille et des jouets en bois à mes enfants. Ces jouets ont une utilité pédagogique et répondent à des besoins psychomoteurs spécifiques en lien avec leurs âges. Une fois que ces jeux ne les interessent plus, ils pourront être offerts à d’autres enfants.

Jouets en bois

Pour conclure sur ce défi, je n’ai pas pu mettre en œuvre le remplacement de deux ou plus objets jetables par des objets réutilisables car avec les fêtes et les délais de livraison alongés je ne les ai pas reçu à temps. Je cherche à les acheter à des entrepreneurs et pas sur de grands sites pour mieux distribuer les richesses et promouvoir une économie plus équitable socialement. Malgré ce petit contretemps, je compte bien respecter cet engagement et écrire un petit review (que je mettrai en lien ici ultérieurement ) sur ces produits dès lors que je les aurai réceptionné et testé.

Conclusion de ce premier mois de défi:

Je me suis rendue compte que j’ai du mal à m’organiser lorsque les fêtes approchent et que ma to do list semble interminable.

Ceci vient aussi confirmer que, comme je vous en ai parlé dans mon article précédent sur les défis, quand nos objectifs sont trop ambicieux ou pas clairement définis, ils deviennent plus difficiliment atteignables. Effectivement, mon défi initial consistait dans le fait d’entreprendre une chose par mois quand en réalité je voulais dire dans un domaine précis et je me suis lancé trois défis en un pour ce premier mois qui de surcroît est toujours chargé pour tout le monde, étant donné les contraintes liées à cette époque de l’année, dont les fêtes, vacances, organisation familiale, etc.

Ceci dit, nous apprennons tous sur le tas. C’est en faisant que nous pouvons acquérir de nouvelles notions et compétences; les échecs nous permettant de réévaluer nos actions et de pouvoir les ajuster ou remplacer par d’autres plus adéquates et efficaces.

Je retiens donc que:

  • Avoir moins de buts permet d’être plus disponible et, par conséquent, plus efficient.
  • Le temps est un facteur décisif qu’il ne faut pas négliger. Bien au contraire, il convient de le mettre à notre service, nous organisant le plus tôt possible et définissant clairement les actes à effectuer et à quel(s) moment(s) le faire.

Défi du deuxième mois:

Cela m’amène donc à mon objectif pour ce deuxième mois: mieux m’organiser.

Cet objectif viendra s’inscrire dans le domaine de la productivité, qui impacte toute ma vie. Toutefois, je souhaite me pencher en particulier sur ce qui concerne mon travail. Ce terme englobe aussi mes objectifs de création de contenu pour ce blog bien comme mes projets d’écriture de livres.

Ainsi, je me mets comme défi, tout simplement, de prendre 15 minutes par jour pour écrire. Cela peut sembler peu, mais comme j’ai bien appris le mois précédent, il vaut mieux avoir un objectif facilement réalisable, pour éviter de s’éparpiller et pour entretenir notre motivation, en augmentant nos chances de réussir! Peut-être qu’il y aura même des jours où je dépasserai largement ce laps de temps, et cela me redonnera l’envie nécessaire pour poursuivre et me surpasser!

Et vous de votre côté, vous êtes-vous lancé des défis? Si oui, quels ont été vos résultats et conclusions?

N’hésitez pas à nous les partager et je vous dis à très bientôt pour la suite!

4 façons de tisser et/ou approfondir des liens.

Ça y est, une nouvelle année vient de commencer et avec elle les bonnes résolutions de chacun.e….

Je vous propose donc quelques astuces / actions concrètes à mettre en place pour forger de nouvelles amitiés ou entretenir celles déjà existantes, ainsi que vos relations familiales.

SAM_6826

  • Profitez des fériés et vacances (pour ceux et celles qui en ont) pour appeler ce parent ou ami.e à qui vous tenez mais dont les circonstances de la vie ont fait que vous vous êtes éloignés avec le temps.

Il est important d’entreprendre cette action avant que la routine quotidienne du boulot – maison vous rattrape, vous faisant oublier de passer ce coup de fil.  Il s’agit d’un geste assez simple et rapide à mettre en pratique mais qui montrera à ceux et celles que vous appréciez combien ils/elles comptent à vos yeux. Ceci pourra aussi être le début d’un rapprochement entre vous, car nous le savons tou.t.e.s , le premier pas est toujours le plus difficile. Le fait de s’appeler nous permettra de le faire plus souvent et peut être même de s’organiser un petit café, une sortie ou une visite.

  • Instaurez un nouveau rituel entre ami.e.s ou frères et sœurs où vous vous rencontrez une fois par semaine, toutes les 2 semaines ou même 1 fois par mois, selon vos contraintes.

Le fait d’incorporer cela dans vos habitudes facilitera le maintient de ces rendez-vous et permettra de vraiment approfondir ces connexions avec ceux et celles que vous aimez.

Vous pourrez par exemple instaurer une soirée jeux:

SAM_4392

  • Si vous habitez loin de quelqu’un qui compte pour vous, mettez en place un créneau où vous pourrez faire un appel vidéo, grâce à Skype, Messenger ou toute autre technologie le permettant, et maintenez ce rite pendant toute l’année, le transformant en une habitude qui viendra nourrir vos relations avec vos proches. 

Les nouvelles technologies sont venues ouvrir tout un monde de possibilités et ont un énorme potentiel pour réduire la distance entre les gens, encore faut-il en faire un bon usage. Certes, si l’on passe notre temps sur notre portable pendant un repas de famille, cela n’aura rien de positif sur le plan relationnel avec nos proches. Cependant, lorsqu’on habite loin et qu’on n’a pas beaucoup de possibilités pour nous déplacer souvent pour rendre visite à nos ami.e.s et parents, ces technologies seront nos meilleures alliées, nous permettant de nous écrire, de nous appeler ou même de passer des appels vidéos de n’importe où nous nous trouvons et aux moments les plus opportuns pour nous. Cela peut avoir la durée que l’on souhaite, allant de juste 5 minutes si nous ne disposons pas de plus de temps libre à plusieurs heures dès lors qu’on le veut et peut.

 

  • Si vous disposez de plus de temps libres, pourquoi ne pas s’écrire avec les personnes avec qui vous souhaitez créer du lien?

Vous pouvez mettre en place un rituel de correspondance, que ce soit par e-mail ( dont les principaux avantages sont la facilité et rapidité) ou par lettre, si vous préférez tendre vers quelque chose de plus traditionnel. L’avantage d’écrire est que cela rend plus facile de dire ce que l’on pense et ressent réellement et que cela laisse de bons souvenirs que nous pouvons garder et relire toujours.

Voilà les quelques actes que je vous propose de mettre en place pour vous rapprocher des personnes qui comptent pour vous.

Et vous, avez-vous des astuces sur ce plan que vous souhaitez partager avec nous? N’hésitez pas à nous en faire part en commentaire.

Dites-nous également si vous avez mis un ou plusieurs de ces gestes en place et quels ont été les résultats pour vous. En êtes-vous satisfaits? Est-ce que vous avez découvert des choses sur vos proches que vous ignoriez ou appris quelque chose sur vous même et votre manière de vous connecter aux autres? Faites-nous en part! Hâte de vous lire et je vous souhaite une très belle année!

SAM_6848

Mon défi sur 12 mois : Une chose chaque mois (+ astuces).

Bonjour et bienvenue à tout.e.s.,

Aujourd’hui je vais vous parler du défi que je me lance pour cette première année de blogging, mais surtout pour ma vie dans tous ses aspects.

En effet, je vais faire quelque chose chaque mois pour sortir de ma zone de confort, tout en mettant en place de nouvelles habitudes qui viendront altérer et améliorer différents domaines de ma vie.

Pourquoi une chose par mois?

Vous avez certainement entendu parler d’une théorie selon laquelle il faudrait environ 21 jours pour changer une habitude, la transformer ou en créer une nouvelle.

Et bien, moi aussi. Et c’est tout naturellement, qu’au départ, je me suis dit “chouette 3 semaines pour pouvoir opérer des changements concrets et durables!”. En suivant cette logique, j’avais donc déterminé que 1 mois serait un bon compromis pour que ce que j’aurais travaillé pendant les premiers 21 jours reste bien ancré en moi.

Cependant, et avant de vous présenter concrètement mon défi, j’ai effectué des recherches pour essayer de comprendre pourquoi 21 jours et comment ils en étaient venus a déterminer un chiffre aussi exact et il s’avère que cette théorie s’agit en réalité d’un mythe, découlant d’observations d’une population spécifique dans un contexte précis. Ne serait-ce pour cette raison, l’extrapolation de ces résultats sur tout le monde, ne tenant pas compte de la singularité de chaque personne et son environnement, ne pourrait être considérée comme une donnée universelle.

Voici deux liens qui exposent clairement l’origine de cette “rumeur” :

https://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/detecteur-rumeurs/2017/01/25/21-jours-pour-changer-habitude-faux

https://www.europe1.fr/developpement-personnel/developpement-personnel-peut-on-changer-une-habitude-en-21-jours-3624020

D’autres études menées à ce sujet ont démontré que la moyenne tourne plutôt autour des 66 jours, variant entre 18 et 254 jours…

Alors pourquoi, me demanderez-vous, ai-je quand même décidé d’adopter un plan d’action sur chaque mois pour mon défi?

La réponse est simple: car je pense que cette théorie des 21 jours a un fond de vérité, dans le sens où il est nécessaire de s’investir réellement pour accomplir quelque chose et que cela comprend le temps passé dessus ainsi que la répétition et fréquence d’une ou plusieurs taches pour le réaliser. Je considère donc que l’application de cette théorie au quotidien peut être un excellent point de départ et booster notre motivation. Ceci s’explique par le fait que lorsque notre objectif est clairement défini dans le temps, il nous est plus facile de rester déterminé mais aussi d’observer notre progrès quotidiennement.

J’ai donc comme objectif d’initier chaque mois une nouvelle action qui viendra améliorer ma vie globalement, soit en augmentant ma productivité, soit en m’alignant avec mes valeurs profondes, car cela me permettra à la fois de me dégager plus de temps pour ce qui m’est important et pour ceux et celles qui me sont chers, ainsi que d’approfondir la qualité de mes liens avec ces personnes.

J’estime que débuter une nouvelle action dans ce sens chaque mois (en ayant comme but minimum les célèbres 21 jours) et essayer de la maintenir en place au delà de ce délai, tout en initiant d’autres actions chaque nouveau mois, sera un excellent pas dans la direction d’une évolution personnelle fructueuse et durable.

Mettre en place une seule action par mois permet également de progresser en douceur et de ne pas se laisser décourager ou submerger par une liste interminable de taches.

Quid des craintes et appréhensions?

Il est souvent difficile de passer à l’action, soit parce que l’on peut éprouver de la peur, ce qui peut même nous amener à nous auto-saboter et à procrastiner , soit parce que nous ne prenons pas le temps nécessaire pour nous organiser de façon à effectuer ce que nous devrions pour atteindre nos objectifs.

Ce qui m’amène au point fulcral : l’importance de passer à l’action!

Car le plus longtemps on s’attardera à énumérer les raisons pour lesquelles nous pourrions échouer, ou à nous comparer à d’autres qui ont atteint le succès, le plus nous nous sentirons découragé(e)s et risquons de renoncer à entreprendre ce que nous aimerions.

Je suis un bon exemple de quelqu’un qui a longtemps eu peur de passer à l’action. Effectivement, j’ai depuis mon plus jeune âge plein d’idées que je n’ai jamais mis en pratique en raison de mes craintes.

Ayant subi du harcèlement scolaire pendant plusieurs années, j’avais développé de sérieux doutes envers mes capacités ainsi que mon apparence physique. Ceci, allié à quelques VEO (Violences éducatives ordinaires) de la part de certains adultes à mon égard, m’ont fait avoir peur de l’échec car il viendrait confirmer tout ce que l’on m’a dit au sujet de ma personne pendant des années. Toutefois, je me suis rendue compte, grâce au travail effectué sur moi-même, que la crainte du succès était plus importante que celle de l’échec! Car cela vient bousculer mon identité, l’image que je me suis construite de moi-même.

Ce blog vient justement contredire cette tendance et me mettre à l’épreuve, me défiant à apprivoiser mes inquiétudes et angoisses tout en m’engageant dans la poursuite de mes rêves; en mettant en avant mes compétences et courage d’agir.

Le blog porte d’ailleurs le nom d’un projet d’Association que j’ai depuis plusieurs années déjà. Car tout dans la Vie tourne effectivement autour du Lien.

Quelques astuces pour mener à terme et accomplir un objectif:

Tout d’abord, d’après la méthode SMART, pour qu’un objectif puisse être mené à bien, il doit répondre aux critères suivants:

S – Spécifique

M – Mesurable

A – Acceptable et ambitieux

R – Réaliste

T – Temporellement défini (comme cité plus haut dans l’article).

Vous pourrez aller plus loin en consultant l’article Wikipédia sur les Objectifs SMART.

En définissant clairement votre objectif à l’aide de ces critères, vous vous assurerez qu’il peut être réalisable par vous et avec les ressources dont vous disposez, pour éviter d’entreprendre quelque chose qui ne serait pas réaliste pour vous (exemple: Je ne peux pas me fixer comme objectif de réaliser une chirurgie dans un mois, car je ne suis pas médecin et n’ai pas d’études dans le domaine médical. Par contre si je décide de suivre des études en médecine, cet objectif pourra être atteint dans quelques années). Ceci vous aidera également à rester motiver et à élaborer une liste pas à pas de ce que vous devrez faire pour parvenir à votre but final. Faire une chose à la fois, permet de se concentrer pleinement sur la tache et de voir notre évolution clairement.

Une autre astuce qui peut s’avérer utile est de commencer par quelque chose de simple et de laisser les taches plus dures pour la fin. Ceci permettra d’avancer sans se décourager dès le départ.

Faites une liste détaillée de chaque action à entreprendre, pas à pas, et cochez au fur et à mesure ce que vous aurez déjà effectué.

Sur ce, passons à mon défi

Mon challenge sur 12 mois:

Comme je vous l’ai dit lors de mon premier post ainsi qu’au début de celui-ci, je souhaite entreprendre des actions concrètes sur plusieurs domaines différents de ma vie. Pour cela, j’ai choisi de mettre en place une ou plusieurs actions en lien avec un domaine différent chaque mois, pour bien pouvoir me concentrer sur cette partie là de ma vie.

Je vais aller petit à petit vers un changement qualitatif et stable.

Les thématiques/ domaines de vie que je vais aborder au long de ces 12 mois:

  1. Professionnel / Travail/ Productivité
  2. Personnel/ Moi-même
  3. Parentalité
  4. Couple
  5. Famille
  6. Geste( s ) écologiques
  7. Nature
  8. Amitié
  9. Finances familiales / Budget

Certains de ces domaines ayant un poids plus important dans ma vie que d’autres, je les travaillerai sur deux mois au lieu d’un seul.

Je vous propose, si vous le souhaitez, de relever ce challenge avec moi, chaque mois. Pour cela, vous pouvez opter entre suivre exactement ce que j’entamerai comme acte( s) ou l’adapter selon vos propres objectifs et/ou besoins.

Défi du mois de Décembre:

Pour inaugurer ce challenge, et en tenant compte de l’époque de l’année, je me lance sur le domaine des gestes écologiques.

Je m’engage à essayer de mener au mieux ces différents gestes:

  • Utiliser du tissu pour emballer les cadeaux
  • Essayer d’offrir des objets utiles et zéro déchet le plus possible, à la place de souvenirs en plastique, chocolats, etc.
  • Remplacer au moins 2 objets jetables par des objets lavables (si vous voulez des exemples, il existe des éponges lavables pour faire la vaisselle, du tissu qui remplace le sopalin et même les mouchoirs, des lingettes et couches lavables, etc.).

 

Nous n’avons qu’une planète et nous devons en prendre soin. Pendant cette époque de fêtes où il y a beaucoup de gâchis et de déchets découlant de la surconsommation, essayer de réduire la nôtre et de réutiliser au maximum tout ce que nous pouvons est un geste crucial. Et ce, pas seulement au niveau écologique mais aussi comme moyen de prendre soin de notre santé, qui est directement affecté par la pollution qui résulte de notre mode de vie.

Depuis que je suis devenue maman, ce sujet me tient particulièrement à cœur, car je m’interroge sur quel sera le Monde que nous leur laisserons, ainsi qu’à nos petits enfants.

 

Voici donc le début de petits changements que nous mettrons en place tout au long de l’année.

Alors, qui sera de la partie?

Je me présente et je me lance un défi!

Bonjour à tout.e.s, et bienvenue sur mon Blog

Tout d’abord je voudrais me présenter et vous parler un peu de mes projets et de la raison de la création de ce blog .

Je m’appelle Sofia et je suis une jeune maman de deux enfants de bientôt 2 et 4 ans.

Je suis issue des domaines de l’animation et de la psychologie et je suis actuellement en train de me former pour devenir accompagnante parentale. Je compte bien vous partager ce parcours aussi, avec mes apprentissages et découvertes concernant la parentalité.

Pour aller un peu plus loin je suis:

S– Spontanée (dans le sens où je me laisse porter par l’élan du cœur, pour entrer en lien avec les autres, moi même, la vie!). Parfois trop sensible – et oui, j’ai aussi plusieurs défauts que je cherche à améliorer au quotidien.

O– Ouverte d’esprit.

F– Fidèle et fiable ; je suis là pour mes ami.e.s et famille

I– Imaginative et j’aimerais être d’avantage inventive

A– Authentique – je suis comme je suis et l’intégrité est une des valeurs pilier de la personne que je suis.  Je cherche à être le plus accueillante possible que ce soit des situations que me présente la vie, ou envers les personnes qui croisent mon chemin . Et je m’efforce de combattre l’anxiété qui parfois m’envahit lors de certains évènements difficiles (je vous partagerai d’ailleurs les méthodes que j’ai découvert et qui m’aident le plus ).

Voilà, une personne avec ses qualités et défauts, qui cherche à apprendre et grandir chaque jour et qui vous invite à être au premier rang de cette aventure : le lancement de ce blog!

Pourquoi créer ce blog?

Avant de devenir maman, j’avais plein de convictions concernant tous les sujets de la vie: l’éducation, quel genre de maman je serais et même qui j’étais!

Or, la naissance de mon ainée est venue chambouler toutes mes croyances et me montrer qu’en réalité il n’existe pas de carte toute faite et tracée pour notre vie.

Les débuts ont été extrêmement difficiles en raison de la forte pression sociale pour faire comme tout le monde, y compris “laisser pleurer” mon bébé. Dans mon for intérieur je savais que cela ne pouvait être bon ni pour ma fille, ni pour moi.

En effet, dès mon plus jeune âge, je ressens au plus profond de moi que nous, êtres humains, désirons surtout être aimés, respectés et acceptés pour qui nous sommes vraiment. Nous recherchons le lien.

C’est pour cette raison que tout ce qui concerne les relations humaines me passionne depuis toujours. Et car je pense sincèrement que, lorsque nous sommes heureux et épanouis, nous voulons partager cela avec les autres et que cela peut devenir contagieux (tout comme le contraire l’est aussi = la violence génère de la violence).

Pour en revenir à ce qu’il s’est passé suite à la naissance de ma fille ainée, j’ai donc choisi d’ignorer tous les “conseils” qui n’allaient pas dans le sens d’un lien d’attachement réel et à l’écoute de ses besoins. Mon bébé pleurait énormément, ne dormait que contre moi et parfois que 4h (pas d’affilé en plus!) en 24h. Ce fut donc une épreuve pour moi; entre privation du sommeil, pression de la société et des proches et plein de questionnements concernant ce qui nous arrivait. J’ai décidé d’accueillir cette nouvelle réalité qui ne correspondait pas à ce que la société véhicule à propos de la maternité et de lire beaucoup sur le sujet et découvrir notre propre manière d’être et de vivre ensemble.

J’ai alors découvert plein de choses au sujet de moi-même et plein d’autres réalités que j’ignorais exister, comme une autre façon d’élever nos enfants, l’instruction en famille et pédagogies alternatives, etc.

Ce que j’ai surtout appris c’est que, lorsque nous sommes à l’écoute de nos enfants et les observons humblement, ils ont plus à nous apprendre que nous à eux.

 

Lancer ce blog est pour moi un défi puisque je devrai sortir de ma zone de confort et effectuer un véritable travail de recherche, essayer de rédiger un contenu de la meilleure qualité possible. Je n’ai pas beaucoup de connaissances dans ce qui touche aux technologies, mais je compte bien apprendre et pratiquer pour progresser.

 

Je souhaite pouvoir partager et échanger avec vous, chers lecteurs et chères lectrices, autour de toutes thématiques en lien avec le bien-être, l’épanouissement personnel, professionnel, familial et les relations humaines, ainsi que notre connexion avec la nature, car cette planète est notre maison. Des sujets comme la parentalité, le maternage proximal et l’accompagnement respectueux de l’enfant feront aussi la une sur ce blog.

Pour cela, je m’efforcerai de réunir les informations et éléments plus pertinents et actuels, bien comme vous faire découvrir d’autres personnes et spécialistes dans tous les domaines en lien avec la thématique de ce blog, par le biais d’articles invités, de liens et citations et peut-être même de podcasts ou interviews vidéo réalisées par moi (ce qui en soi constitue le 2éme défi de ce blog, étant donné que ce sont deux choses que je n’ai jamais effectuées et que je vais devoir apprendre – et c’est super car j’adore un bon challenge!! ).

 

Ce blog m’accompagnera dans mon évolution personnelle vers une vie plus alignée avec mes valeurs profondes ainsi que dans les apprentissages et compétences que j’acquerrai tout au long de ma formation, de mes recherches et des échanges qui en découleront, mais également de mes expériences en tant que maman, femme et personne. 

Je vous invite donc à embarquer à bord et voyons où nous pourrons arriver ensemble.

 

Je vous attends au prochain post, où je vous parlerai d’un défi que je me lancerai (1 chose par mois) et auquel vous pourrez aussi participer si vous le souhaitez.

P.-S.: N’hésitez pas à me contacter à travers le formulaire de contact ou en commentaire à la fin de chaque post si vous avez des questions, suggestions ou demandes de thèmes particuliers que vous souhaiteriez voir approfondis sur le blog.